Le Forum Français de la Jeunesse est proche de nombreux acteurs de la jeunesse et de l’éducation populaire. Nous proposons ici nos actualités ainsi que celles de nos membres et de nos partenaires.

Proposer un article

Lettre au Président de la République : Mr le Président de la République, pour les jeunes allez au bout de votre engagement

Le 12 juillet dernier, devant des millions de Français, vous vous engagiez avec force  à mettre en place un revenu d’engagement pour les jeunes ni en emploi, ni en formation. Il s’inscrivait alors dans le prolongement des travaux lancés en janvier 2021 par la ministre Elisabeth Borne sur la garantie jeunes universelle à la suite de la remise du rapport du Conseil d’orientation des politiques de jeunesse : « La Garantie jeunes, un droit pour demain ». Il se voulait aussi un atout supplémentaire dans la politique suivie avec « un jeune une solution » 

10 mois après l’ouverture de ces travaux, nous sommes inquiets. Pourtant dès le début, nos organisations ont soutenu l’idée d’  une réponse pour tous les jeunes sans soutien familial qui connaissent des situations de pauvreté. 

La crise sanitaire et sociale a mis une nouvelle fois en lumière un impensé de notre système de solidarité intergénérationnelle et un angle mort de nos politiques publiques : la situation des jeunes de moins de 25 ans en précarité. Les files d’attente devant les lieux de distributions alimentaires comme les aides d’urgences déployées par les associations ont montré combien la situation était désastreuse. Ce refus d’intégrer ces jeunes dans les mécanismes de protection de droit commun est souvent « justifiée » au nom du fait que la solidarité familiale est censée leur assurer une protection suffisante. Or, dans un contexte où la pauvreté monétaire frappe particulièrement les jeunes, cette vision est irréaliste et hypocrite soit parce que ces jeunes sont en rupture avec leur famille soit parce que celles ci ne peuvent les aider.

Alors que les annonces devaient être faites à la rentrée, nous assistons depuis plusieurs semaines à une série de tergiversations, laissant craindre des renoncements et parfois de propos stigmatisant  à propos de ces jeunes. Même si la situation économique est meilleure qu’attendue, nous sommes revenus à la situation d’avant la crise. Un jeune sur 5 vit toujours en dessous du seuil de pauvreté et nombre d’entre eux rencontrent d’importantes difficultés pour obtenir un emploi stable. Non, aucun jeune ne se satisfait de vivre avec une allocation. Avec 500 euros, on ne vit pas, on survit ! 

La France est l’un des seuls pays européens à n’avoir aucune réponse durable pour les jeunes ni en emploi, ni en formation ou pour les travailleurs pauvres de 18/25 ans (soit près d’1,5 millions de personnes). Plutôt que de continuer à empiler les dispositifs, il est temps de mettre en place un droit ouvert à tous les jeunes en situation de pauvreté qui s’inscrivent dans un parcours d’insertion sociale et professionnelle en leur garantissant, une allocation d’un montant équivalent au RSA et un accompagnement adapté qui soit en mesure de leur donner les chances de réussir leur entrée dans la vie active. Un droit sans contrainte de durée leur facilitant l’accès au logement et à la complémentaire santé solidaire. Ouvrir des droits aux jeunes en situation de pauvreté, c’est en effet la meilleure façon d’en faire des adultes autonomes et capables de subvenir à leurs besoins.

Nous n’avons plus le temps de tergiverser. Il est temps, Monsieur le président de la République, d’aller au bout de vos engagements. 

Signataires : 

Laurent Berger (CFDT

Pascal Brice (Fédération des acteurs de la solidarité

Chloé Corvée (Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Véronique Devis (Secours catholique

Christophe Devys (collectif Alerte

Patrick Doutreligne (Uniopss)

Antoine Dulin (Conseil d’orientation des politiques de jeunesse

Marie Aleth Grard (ATD Quart Monde

Mélanie Luce (UNEF

Paul Mayaux (FAGE)

Pascale Ribes (APF France Handicap

Christophe Robert (Fondation Abbé Pierre)

Yann Renault (CNAJEP

Antoine Sueur (Emmaüs France)

Nicolas Truelle (Apprentis d’Auteuil

Rima Chihi (Forum Français de la Jeunesse

Jean-Paul Vaillant (UNAFO)

Michel Pelenc (Soliha)

Jean-Michel David (UNCLLAJ

Claude Garcera (UNHAJ)

Assemblée générale exceptionnelle 2021

Samedi 18 septembre avait lieu notre Assemblée générale. Un rendez-vous annuel qui permet à nos membres de revenir sur l’année passée, mais également de voir plus loin, en échangeant sur les perspectives de l’année à venir.

Retour sur le déroulement de cette journée : 

  • Temps d’échange sur le FFJ, ainsi qu’une projection sur nos 10 ans
  • Notre Assemblée générale extraordinaire, au cours de laquelle nous avons voté le remplacement de deux membres au sein du FFJ : 

– Les 4 monos disparaissent et adhèrent au FFJ en tant que l’ONDE (l’Organisation Nationale des Étudiants)
LMDE laisse sa place à l’association Rêves jeunes

A été votée également l’intégration de l’Association des Jeunes Élus de France (AJEF) au sein du conseil des partenaires.

Bienvenue à eux trois ! 

La deuxième partie de la journée portait sur l’Assemblée générale ordinaire, avec différents votes, notamment sur : le rapport moral, le rapport d’activité, le rapport financier ainsi que le budget prévisionnel pour 2022. 

Puis s’est animée une conférence-débat ayant pour thème les jeunes et la démocratie : “comment renouer le lien avec la politique ?” en présence de : 

  • Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement
  • Raphaëlle Martinez, participante du collectif “Les Investies”, Élue tranquilité publique et prévention
  • Céline Braconnier, professeure de Sciences Politiques, Saint-Germain-en-Laye

Pour terminer la journée, nous avons lancé un temps de travail sur les élections présidentielles 2022 en présentant notre stratégie pour les présidentielles, le vote de celle-ci et le plan d’action.

L’Assemblée générale s’est terminé par un temps de projection sur 2021 et 2022 avec l’annonce des organisations qui siègeront au comité d’animation pour 2021-2022 : 

Nous remercions les Jeunes Radicaux de nous avoir accueilli au siège du Parti radical pour mener à bien cette journée ! 

Le FFJ recrute un·e assistant·e plaidoyer présidentielles en alternance !

Le Forum Français de la Jeunesse (FFJ) est né en 2012 et regroupe 18 organisations nationales gérées et animées par des jeunes de 15 à 30 ans. Ces structures sont aussi bien des organisations représentatives étudiantes et lycéennes, des associations, des mutuelles, que des mouvements politiques de jeunesse. De nature et de sensibilités diverses, celles-ci sont rassemblées pour construire un espace d’expression permettant
de voir, en France, la jeunesse prendre la parole afin de faire avancer le débat public.


Au quotidien, le FFJ agit pour :
● Une meilleure reconnaissance de la parole et de la représentation des jeunes dans le débat public.
● Défendre les intérêts des jeunes dans cadre de la construction des politiques publiques qui les concernent
● Construire une parole collective de jeunes engagé·e·s sur les questions d’emploi, de mobilité, d’écologie, d’éducation, de lutte contre les discriminations…

Dans le cadre du développement des activités et de la mise en œuvre de stratégie votée par son Conseil d’administration, le FFJ recrute un·e assistant·e de plaidoyer élections présidentielles en alternance. Sous l’autorité de la Déléguée générale et du Comité d’animation et en lien avec son Conseil d’administration, l’assistant·e de plaidoyer élections présidentielles aura pour missions de porter et faire vivre le plaidoyer du FFJ pour les élections présidentielles et de participer à l’organisation des 10 ans du FFJ. Tout en participant à la vie quotidienne du FFJ en apportant son soutien au plaidoyer régional et national.

MISSIONS :
 Faire vivre le plaidoyer du FFJ pour les élections présidentielles :
– Participer à l’élaboration du plaidoyer via l’animation d’un groupe de travail
– Porter une stratégie de communication interne et externe (presse,
partenaires, organisation d’évènements, candidats) des compétences en conception et montage de vidéo seraient un plus

Suivre la campagne électorale et identifier les enjeux jeunesse :
– Repérer et démarcher les équipes de campagne et suivre leurs
propositions et programmes
– Suivi des orientations du nouveau gouvernement et des résultats des
législatives

Mettre en œuvre les 10 ans du FFJ :
– Organisation d’un événement national regroupant les partenaires et les
ancien.ne.s membres du FFJ (accompagnement du travail de bilan et de
réflexions sur les 10 années passées, communication, organisation
technique)

Participer à la vie de l’association :
– Intégration du travail au sein du projet global de l’association
– Appui aux différents projets,
– Soutien au plaidoyer régional et national

COMPÉTENCES ATTENDUES :
– Soin et qualité dans la rédaction (notes, synthèses, argumentaires, …)
– Analyse de documents et de discours
– Connaissance de la communication publique (stratégie, relation presse suivi et retours, si possible connaissances dans le montage et la réalisation de vidéos en format court)
– Organisation d’évènements (animation de temps, suivi de programme, logistique)
– Intérêt pour la vie politique française, les enjeux de la jeunesse et les politiques publiques


PROFIL RECHERCHÉ :
– Master 2 en Science Politique, Sciences humaines,
– Alternance de 1 an d’octobre 2021 à 2022
– Mobilisation sur certains soirs et week end ouverts à la récupération
– Poste basé à Paris : 15 rue de la Forge Royale, 75011
– Prise de poste au plus tôt (18 octobre)

CV et lettre de motivation à envoyer avant le 10 octobre à Anaïs Anselme, Déléguée Générale, à info@forumfrancaisjeunesse.fr avec comme objet de mail “Candidature assistant·e de plaidoyer”. Dans un souci d’efficacité, les candidatures seront examinées et traitées dès réception.

Offre d’alternance – Assistant·e plaidoyer présidentielles

Neuj’pro 2021, la rencontre nationale des professionnel·le·s et des élu·e·s de la jeunesse

Depuis 2002, le Conseil département de l’Allier, en partenariat avec le FFJ mais aussi l’ANACEJ, l’ADF, le CNFPT, le CNAJEP, l’INJEP, le Journal de l’Animation, la Région Auvergne Rhône Alpes et Vichy Communauté organise le Neuj’Pro à Vichy.

Les objectifs de cette rencontre sont :

  • de permettre la rencontre et le dialogue de spécialistes, élu·e·s, professionnel·le·s et intervenant·e·s des politiques publiques en faveur de la jeunesse ;
  • d’échanger et de débattre sur des réflexions globales ou sur des dispositifs impulsés au niveau national, sur des expériences initiées dans les territoires par les collectivités, les structures professionnelles ou le monde associatif ;
  • de prolonger les rencontres grâce à la constitution d’un réseau national des Conseils départementaux, Conseils régionaux et des villes sur la thématique de la jeunesse.

Au programme, des conférences qui interrogeront la place du numérique dans les politiques jeunesse et l’utilisation des outils numériques par les jeunes eux·elles-mêmes.

Durant ces trois jours, plusieurs thématiques seront abordées lors des tables rondes : 

  • Les jeunes face à l’urgence climatique : comment faire entendre
    leur voix ? Quelle mobilisation ? Quels sont leurs parcours d’engagement ?
  • Éducation formelle et non formelle : quels leviers, quelles
    articulations pour favoriser la co-construction des politiques publiques ?
  • Faire démocratie aujourd’hui ? Quelles sont les attentes des
    élus et des citoyens ?
  • Enfants confié·e·s à la protection de l’enfance

Cette année, Neuj’Pro, pour sa 19ème édition aura lieu les 6, 7 et 8 octobre 2021 en format hybride, avec seulement la journée du 7 en présentiel à Vichy !

→ Le programme ←

Pour les inscriptions c’est → ici

 

Le FFJ recrute un·e chargé·e de développement !

Au quotidien, le FFJ agit pour :

  • Une meilleure reconnaissance de la parole et de la représentation des jeunes dans le débat public ;
  • Défendre les intérêts des jeunes dans le cadre de la construction des politiques publiques qui les concernent ;
  • Construire une parole collective de jeunes engagé·e·s sur les questions d’emploi, de mobilité, d’écologie, d’éducation, de lutte contre les discriminations…

Dans le cadre du développement de ses activités et de la mise en œuvre de la stratégie votée par son Conseil d’administration, le FFJ recrute un·e chargé·e de développement. Sous l’autorité de la Déléguée générale et du Comité d’animation et en lien avec son Conseil d’administration, le/la chargé·e de développement aura pour missions :

LE DÉVELOPPEMENT FINANCIER (50%)

  • Recherche de fonds : rédaction de dossiers de subventions publiques et des comptes-rendus financiers afférents, recherche de nouveaux financements pour développer les projets de l’association ;
  • S’assurer de la pérennité financière du FFJ (suivi comptable, trésorerie, budget) et gérer les opérations courantes ;
  • Mettre en œuvre la stratégie de diversification financière du FFJ (public – privé – fonds propres).  

GESTION DE PROJETS EUROPÉENS ET INTERNATIONAUX (30%)

  • Animer, en lien avec les co-rapporteur·e·s, la commission Europe / international du FFJ ;
  • Mettre en œuvre les projets de la commission Europe/international du FFJ dont 2 projets Erasmus autour des Objectifs européens pour la jeunesse et de la Présidence française de l’Union européenne ;
  • Représenter le FFJ et ses membres dans certaines instances sur les questions de mobilité des jeunes et de projets européens

LA GESTION ADMINISTRATIVE (10%)

  • Gestion administrative : lien avec les organismes prestataires ; suivi de la facturation et des cotisations;
  • Appuyer l’organisation de la vie statutaire.

PARTICIPER À LA VIE DE L’ASSO (10%)

  • Participer à des projets du FFJ ; 
  • Participer ponctuellement aux Conseils d’Administration ou autres réunions/événements.

En fonction de l’actualité, de vos envies et de vos compétences, d’autres missions pourront vous être confiées. 


Profil recherché

– Formation supérieure (minimum BAC + 5)

– Bonne compréhension écrite de l’anglais 

– Vous avez fait la preuve de votre maîtrise de la gestion de projets, notamment européens. 

– Vous avez une expérience avérée en matière de recherche de financement.

– 2 à 3 ans d’expérience professionnelle demandée ;

– Vous vous intéressez aux enjeux actuels de jeunesse et appréciez le travail au sein d’une association jeune et dynamique. Une bonne connaissance du secteur associatif est indispensable ; une connaissance des organisations gérées par des jeunes serait un plus ;

– Grande rigueur, autonomie, bon relationnel, capacité à prendre des initiatives, compétences rédactionnelles, capacité à travailler en équipe et flexibilité sont les qualités indispensables pour réussir sur ce poste ;

–  Capacité à travailler et à accompagner des jeunes bénévoles. 

Précisions

– Nature du contrat : CDI à temps plein (35 h par semaine). Un investissement est à prévoir certains soirs et week-ends, il ouvre droit à des heures de récupération.

– Rémunération selon la convention collective ECLAT et selon profil à partir du groupe D indice 325. 

– Avantages : chèques déjeuner (d’un montant de 8,80 euros), remboursement à hauteur de 50 % du titre de transport et de la complémentaire santé (mutuelle).

– Poste basé à Paris dans les locaux du FFJ au 15 rue de la Forge Royale, 75011. 

– Prise de poste : 1er octobre 2021
Envoyer CV et lettre de motivation au plus tard le 13 septembre 2021 à Anaïs Anselme, Déléguée générale, à info@forumfrancaisjeunesse.fr avec comme objet de mail « Candidature chargé·e de développement”.

>> Télécharger l’offre d’emploi en PDF <<

Revenu d’engagement des jeunes : Plus que des annonces, les jeunes demandent du concret

Les réflexions sur l’extension de la garantie jeune vers un régime « universel » était un secret de Polichinelle ; elles ont fait surface hier sous la nouvelle appellation « revenu d’engagement ».

Le peu de précisions données pour le moment ne permettent pas à ce stade de définir les contours d’un dispositif qui devrait venir remplacer l’actuelle garantie jeune. Pourtant, le sujet se situe bien là et ce sont les réponses aux questions “Qui, comment, combien ?” qui permettront de définir l’ambition, ou non, du Gouvernement pour lutter contre la précarité grandissante des jeunes.

Le Forum Français de la Jeunesse rappelle que cette mesure ne pourra être efficace qu’en respectant certains principes, réaffirmés plusieurs fois depuis juin 2020 notamment dans notre plan jeunesse, appuyés depuis par les propositions ambitieuses formulées par le Conseil d’Orientation des politiques de Jeunesse (COJ) en janvier dernier :

  • La modularité doit être au cœur du dispositif pour s’adapter aux différents profils de jeunes et continuer à inclure les jeunes travailleurs précaires ;
  • La réponse apportée ne saurait se limiter à la question de l’insertion professionnelle mais doit intégrer d’autres enjeux tels que l’accès au logement ;
  • Les moyens financiers dédiés doivent être augmentés, en maintenant a minima le financement de 1 600 € attribué par jeune et par an aux Missions locales ;
  • Le dispositif doit s’appliquer sans limite de durée, jusqu’à l’insertion du jeune dans un emploi stable, une entrée en formation ;
  • Parce que l’on n’est pas moins pauvre à 20 ans, il est plus que jamais nécessaire d’aligner son montant sur celui du RSA ;
  • Pour éviter le non recours à ce droit, il est essentiel de faire un effort d’information et de communication, pour un dispositif encore trop mal connu, que le changement de nom ne sert pas.

Ce sont à ces conditions fondamentales que les jeunes pourront sortir de leur position de mineur·e·s. sociaux jusqu’à leurs 25 ans et qu’ils pourront sortir de la pauvreté. Le FFJ se tient prêt à porter la voix des jeunes lors de futures concertations.

Enfin, il est essentiel de rappeler que la crise sanitaire n’a fait que renforcer une précarité des jeunes déjà bien présente. La réforme de l’assurance chômage qui entre en vigueur en octobre va par ailleurs pénaliser les jeunes aux carrières hachées, aux contrats courts, et mal rémunérés.  

Au-delà de la mise en place d’un dispositif d’accompagnement et d’insertion ambitieux, il est donc également temps de transformer en profondeur les politiques jeunesse en France pour sortir de l’empilement des dispositifs. Il est temps de créer la protection sociale des jeunes du XXIème siècle, pour qu’avoir 22 ans en 2022 soit synonyme d’émancipation. 

Contact presse : 

Anaïs Anselme
Déléguée générale
06 75 33 94 44
dg@forumfrancaisjeunesse.fr

Marie Caillaud
Animatrice du FFJ
06 47 81 68 26

Le communiqué de presse en PDF

Tweets

Newsletter

Contact