Proposer un article
  • Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

COMMUNIQUE DE PRESSE du collectif AEDE pour la Journée internationale des droits de l’enfant

Lancé en 2013, à l’initiative de DEI-France et co-coordonné avec Solidarité Laïque, le collectif Agir ensemble pour les droits de l’enfant (AEDE), rassemble une cinquantaine d’organisations – dont le FFJ – (associations, collectifs et syndicats) actives dans les domaines de l’enfance et de la jeunesse en France.

Ensemble, elles se sont donner pour mission de rédiger collectivement un rapport alternatif destiné au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies et de répondre aux exigences de l’ONU en proposant un rapport complet et de qualité sur l’état des droits de l’enfant en France. AEDE souhaite que ce rapport permette de promouvoir les droits des enfants et des jeunes et leur respect effectif en France pour tous les enfants sans exception.  Au quotidien, AEDE mène un travail de plaidoyer et de dialogue avec les pouvoirs publics ou organise des rencontres de réflexion entre membres, avec les enfants et les jeunes, dont la parole a toute sa place dans ce projet. Téléchargez ici la plaquette de présentation du projet.

A l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, AEDE publie un communiqué de presse dans lequel il rappelle au Président Emmanuel Macron les engagements pris pendant la campagne présidentielle et souligne l’urgence de construire une société respectueuse des droits de l’enfant.

L’année 2017 a été pour le collectif AEDE un temps de forte mobilisation dans le contexte électoral. Cette journée internationale des droits de l’enfant constitue l’occasion de rappeler au Président Emmanuel Macron les engagements pris pendant la campagne présidentielle et de souligner l’urgence de construire une société respectueuse des droits de l’enfant.

Une stratégie gouvernementale à écrire

Le 19 octobre dernier, le collectif AEDE organisait une table-ronde au Palais Bourbon sur le thème « Pour une République garante des droits de l’enfant – Quelle stratégie ? Quelles politiques ? », afin d’initier le dialogue avec les pouvoirs publics (parlementaires et gouvernement) pour construire une société respectueuse des enfants et de leurs droits. Si les débats ont été riches, le collectif a en revanche déploré l’absence de membre du gouvernement. Cette politique de la chaise vide fait écho à la disparition du gouvernement d’un ministère dédié à la jeunesse et à l’enfance et suscite au sein du collectif une vive inquiétude quant à la volonté réelle du Président Emmanuel Macron et du gouvernement de construire avec les partenaires associatifs une société plus bienveillante à l’égard des enfants et respectueuse de leurs droits.

Un dialogue à nourrir/construire

Les parlementaires présents ont été attentifs à la démarche du collectif et à certaines propositions, notamment la mise en place d’une délégation parlementaire aux droits de l’enfant, une meilleure prise en compte de l’impact des politiques publiques sur les jeunes et les enfants, l’amélioration de l’accès au droit commun de tous les enfants, et la possibilité de légiférer contre toutes les formes de violence. Le collectif AEDE souhaite que les réflexions engagées puissent se traduire de façon concrète, à travers le travail des parlementaires, mais aussi du gouvernement. Pour y parvenir, nous les renvoyons aux propositions du livre blanc paru en 2017, Pour une République garante des droits de l’enfant. Nous sommes disponibles pour ouvrir un dialogue constructif.

Se mobiliser avec et pour les enfants et les jeunes

Parce que le collectif pense son action avec et pour les enfants et les jeunes, nous nous attachons à leur donner la parole et à appuyer nos travaux aussi sur leur perception de l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant dont nous célébrons le 28e anniversaire cette année. Nous avons tout particulièrement à coeur, comme le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies nous y engage, d’éveiller les enfants à la Convention, de leur faire mieux connaître leurs droits, de faciliter leur prise de conscience de leur importance. Dans cet esprit, AEDE a constitué un réseau d’enfants et de jeunes reliés au collectif et mobilisés à travers lui. Ils sont à la fois une ressource pour le collectif qui les consulte régulièrement et une source de dynamisme contagieux par leur mobilisation concrète partout en France. Ce réseau organisera le 29 novembre prochain une troisième journée de mobilisation. Pour eux et pour tous les autres, AEDE a décidé de reformuler les recommandations faites par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU dans une version spécialement adaptée aux plus jeunes. Parmi les thèmes abordés : les libertés et droits civils des enfants, la violence à leur égard, le milieu familial, le handicap, la santé et le bien-être, l’éducation… et bien plus encore.

Contacts presse :
Florine Pruchon (fpruchon@solidarite-laique.org) – 06∙71∙99∙38∙68
Sophie Graillat (sophie.graillat@wanadoo.fr) 06∙99∙10∙49∙37
Les versions complètes et simplifiées des recommandations du Comité des droits des enfants sont accessibles sur le site d’AEDE : https://collectif-aede.org/

[Offre d’emploi] Chargé·e de développement et d’administration

ffj_slogan


PROFIL DE POSTE – CHARGÉ·E DE DÉVELOPPEMENT ET D’ADMINISTRATION

 

Association créée en juin 2012, le Forum Français de la Jeunesse (FFJ) rassemble 16 organisations nationales gérées et animées par des jeunes de moins de 30 ans. Par-delà leurs divergences, ces structures sont convaincues qu’accorder une meilleure place aux jeunes au sein de notre société est un impératif démocratique. Ainsi, le FFJ se veut un espace de représentation des jeunes par eux-mêmes mais également d’échanges et de travail sur l’ensemble des enjeux que traverse notre société. Dans le cadre de ses activités, le FFJ recrute un·e Chargé·e de développement et d’administration. 

 

Missions :

Sous l’autorité du Responsable de la stratégie & des relations extérieures et du Bureau de l’association et en lien avec son Conseil d’administration, le/la Chargé·e de développement et d’administration a pour missions :

 

LE DÉVELOPPEMENT FINANCIER (50% du poste)

  • Gestion de la pérennité financière du FFJ (suivi comptable, trésorerie, budget) et gérer les opérations bancaires quotidiennes : virements, notes de frais, factures, suivi des cotisations membres et relances…
  • Recherche de fonds : rédaction de dossiers de subventions publiques, reporting financiers, recherche de financements privés (mécénat, sponsoring)

 

LA GESTION ADMINISTRATIVE (25% du poste)

  • Gestion administrative : veille juridique et suivi des évolutions réglementaires, gestion des fournitures et du matériel, mise à jour des fichiers de contacts…
  • Gestion des ressources humaines : éléments préparatoires des paies, suivi des congés et de la formation des salarié·e·s (en lien avec les organismes concernés)
  • Appui à l’organisation et le suivi de la vie statutaire : convocations, relances, appui à la préparation de réunions et à la rédaction de documents

 

LA COMMUNICATION & L’ÉVÉNEMENTIEL (25% du poste)

  • Communication interne et externe: animation des réseaux sociaux et des outils de communication du Forum
  • En appui du Responsable de la stratégie & des relations extérieures : assurer l’organisation des événements et actions du FFJ et leur bon déroulement

 

Profil recherché :

– Formation supérieure. Bonne compréhension écrite de l’anglais

– Vous avez fait la preuve de votre maîtrise du portage et de gestion de projet. Une expérience avérée dans la levée de fonds est indispensable

– 1 à 2 ans d’expérience professionnelle demandée, vous vous intéressez aux enjeux actuels de jeunesse et appréciez le travail au sein d’une association jeune et dynamique. Une  expérience de la vie associative et une bonne connaissance du tissu associatif jeune et des institutions publiques sont des atouts

– Rigueur, autonomie, bon relationnel, compétences rédactionnelles et capacité à travailler en équipe sont les qualités indispensables pour réussir dans cette mission

 

Poste proposé :

– Lieu de travail : Pantin (Métro 5, Eglise de Pantin). Déplacements réguliers à Paris et occasionnels en région

– Contrat à durée indéterminée à temps plein (35h / semaine). Travail occasionnel soirée / weekend

– Rémunération : groupe D de la convention collective de l’animation (environ 22 000 € bruts sur 12 mois) + titres déjeuner + 50 % du titre de transport + 50% complémentaire santé

 

Poste à pourvoir mi-décembre 2017  

Date limite des candidatures : mercredi 29 novembre 2017

 

Envoyer CV et lettre de motivation à M. Anthony Ikni, Responsable de la stratégie & des relations extérieures, à : aikni@forumfrancaisjeunesse.fr

 

Téléchargez l’offre d’emploi ici

ffj_motif

Le FFJ à Tallinn: jour 3 et clap de fin !

Le Forum Français de la jeunesse est présent à la première Conférence européenne de la jeunesse du 6e cycle de dialogue structuré. Dimitri Champion, représentant du FFJ au sein de la délégation française, vous raconte sa troisième et dernière journée à Tallinn :

DNDLNP9XkAAoZrn

Après une dernière soirée ponctuée par un discours de la Présidente estonienne et l’arrivée impromptue de la neige… et donc de batailles de boule de neige, nous nous sommes réveillé·e·s une dernière fois en Estonie. Un peu de nostalgie à l’idée que c’était nos derniers moments là-bas mais également une certaine impatience de découvrir le travail des différents groupes. Et le travail global est impressionnant. S’il y a une certaine frustration à ne pas pouvoir poser tout de suite les solutions, énormément de problématiques étaient répertoriées dans cette synthèse finale. Cette dernière servira de base pour un questionnaire large qui sera adapté et diffusé auprès des jeunes des pays participants. L’idée ? Partir des résultats de cette consultation pour travailler dans six mois, lors de la prochaine conférence en Bulgarie d’avril 2018, aux premières ébauches de solutions.

Cette dernière journée à également été l’occasion d’interpeller plusieurs représentant·e·s, que ce soit des ministères des différents pays ou bien le Commissaire en charge de l’éducation de la culture de la jeunesse et des sports, Tibor Navracsics. La délégation française lui a d’ailleurs posé une question : « Pourquoi l’Europe investit-elle autant dans l’agriculture et si peu pour les politiques de jeunesse ? ». Bien que vague, sa réponse à ébauché la possibilité de réorienter une partie des fonds de la politique agricole pour désenclaver les ruralités et donc améliorer le vécu des jeunes en milieu rural, ce qui recoupe une des problématiques soulevées par de nombreux pays.

Après la pause repas sont venus le temps des au revoir, sans doute la partie la moins facile de cette conférence. Mais si la nostalgie nous gagnait déjà, nous savions également que nous repartions vers nos pays plein de souvenirs mais également d’énergie et d’idées pour construire ensemble avec les jeunes de nos pays la suite de cette aventure et répondre à la question : « Youth in Europe, What’s Next? ».

Rendez-vous en Bulgarie, à Sofia très exactement, en avril 2018 pour la deuxième conférence du 6e cycle !

ARISIAN

Le FFJ est à Tallinn : jour 2 !

Le Forum Français de la jeunesse est présent à la première Conférence européenne de la jeunesse du 6e cycle de dialogue structuré. Dimitri Champion vous raconte sa deuxième journée à Tallinn :

Après une soirée hier soir qui a été l’occasion pour nous de discuter avec beaucoup d’autres délégations, et une bonne nuit de sommeil, nous avons repris nos travaux ce matin. Des chercheur·euse·s avaient travaillé toute la nuit pour isoler les différents sujets les plus discutés lors de la première journée et les regrouper de manière cohérente. Au final, les sujets qui ressortaient le plus de nos ateliers créatifs étaient donc les suivants :

DM97aFnX0AA_aF_

Après une présentation de ces sujets, il nous a été demandé de former des groupes de travail, animé par les participant·e·s  sur des sujets libres pouvant recouper ou non ces sujets. Les membres de la délégation française se sont donc séparés en proposant un sujet, et en prenant part à trois autres groupes de travail. Au final, nous avons donc pu travailler sur les thématiques suivantes :

  • Accès à l’éducation
  • Impact de la jeunesse sur les questions environnementales
  • Mobilité internationale
  • Question migratoire et accueil des migrant·e·s et réfugié·e·s

Ces ateliers ont été l’occasion de débats animés permettant souvent de constater de nombreux points de convergence entre notre vécu et celui d’autre jeunes européens malgré des systèmes et une culture différentes.

Demain viendra l’heure de la mise en commun de notre travail. J’ai hâte de voir ce qu’à donné la discussion des différents groupes.

omestic

Retrouvez la suite du récit de Dimitri demain sur le site du FFJ. En attendant, n’hésitez pas à suivre le compte Twitter du FFJ !

Le FFJ est présent à Tallinn pour la Conférence européenne de la Jeunesse !

DM4gv6_WkAAHd1R

Depuis 2014, le Forum Français de la Jeunesse participe au dialogue structuré (DS) sur la jeunesse et à un niveau européen.  Le DS est un processus de 18 mois permettant le dialogue entre les jeunes européens et les institutions européennes. Retrouve plus d’infos sur le dialogue structuré ici.

Cette semaine marque le lancement du 6e cycle de DS (« Youth in Europe: What’s Next? », traduit au niveau français par : « Jeunesse, Europe et Educ’ Pop »)sous la Présidence estonienne du Conseil de l’Union européenne.

C’est Dimitri Champion qui représente le FFJ au sein de la délégation française qui assiste à Conférence européenne de la jeunesse, composée également de deux membres du Cnajep (Sarah Moinet et Nizar Yaiche) et d’un représentant du Ministère de l’Education Nationale (Christophe Devette). Dimitri vous livre ses premiers moments à Tallinn :

Après un trajet en avion un peu sportif  car nous avons du courir pour attraper notre correspondance, nous sommes arrivé·e·s hier soir à Tallinn, l’occasion pour nous de découvrir un peu la ville mais aussi les autres participant·e·s à cette conférence lors d’un dîner festif.

Le premier jour de la conférence sert à cerner les problématiques jeunes. Après une introduction, des débats et quelques ateliers pour briser la glace, nous nous sommes réparti.e.s en groupe autour d’une question : quelles sont les problématiques que nous jeunes d’Europe rencontrons au quotidien. L’occasion pour moi d’échanger avec des jeunes de Slovénie, de Malte, ou encore d’Azerbaïdjan autour de la différence entre périphéries et centres urbains, la désinformation, les discriminations  ou encore les inégalités d’accès à l’éducation. Bien sûr, ce fut également l’occasion de leur parler des problématiques des jeunes français·e·s.

Ces discussions libres sous forme d’atelier créatifs (nous devions réaliser une couverture de journal) nous permettront demain d’alimenter des débats thématiques. Au vu des conversations que j’ai pu avoir, je ne doute pas qu’ils seront riches !

Retrouvez la suite du récit de Dimitri demain sur le site du FFJ. En attendant, n’hésitez pas à suivre son compte Twitter ainsi que celui de Provox !

DM5zjTMWAAE3q7u

Les RDVs politiques de la rentrée

Le Forum Français de la Jeunesse a rencontré le 31 août 2017, M. Daniel Zielinski, Conseiller jeunesse et sport auprès du Premier ministre, puis le 28 septembre, M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et Fanny Anor, conseillère spéciale.

Ces 1er RDVs ont permis de prendre contact avec les nouveaux interlocuteurs jeunesse du gouvernement, de re-présenter le Forum et la diversité de ses 16 membres. Les discussions se sont poursuivies autour  de la nouvelle configuration gouvernementale qui impacte particulièrement la jeunesse du fait de l’absence de ministère dédié. Le FFJ a interrogé M Zielinski et M Blanquer sur leur vision de la construction des politiques jeunesse dans ce contexte et sur la mise en place d’une politique jeunesse transversale et intersectorielle, telle que le demande le FFJ.  Le FFJ a également insisté sur l’importance de la participation des jeunes à la vie citoyenne et politique en demandant la participation des organisations de jeunes et des jeunes aux instances de décisions.

photo RDV Blanquer

Nous avons également échangé sur les formes existantes de l’engagement chez les jeunes et leur nécessaire soutien financier et politique (renforcement du service civique, financement aux associations, extension de l’année de césure pour tous les jeunes …), le service national universel, l’orientation, l’accès à l’enseignement supérieur et le suivi de la clause impact jeunesse, sur laquelle nous n’avons que peu de lisibilité jusqu’à maintenant.

Enfin, nous avons convenu de rencontres régulières entre le FFJ et les cabinets afin de travailler ensemble sur ces nombreux sujets.

Mardi 24 octobre, le Comité d’animation rencontrera le Délégué Interministériel à la Jeunesse, M. Jean-Benoît Dujol. On vous en dit plus très bientôt !

Tweets

Newsletter

Contact